archives-loiret.fr www.loiret.fr

"Les ressources des familles des mobilisés 1914-1918"

Jean-François Montes a présenté trois conférences sur le thème des ressources des familles des mobilisés du Loiret entre 1914 et 1918.

Intérieur de l'usine Hutchinson pendant la Première Guerre Mondiale
Intérieur de l'usine Hutchinson pendant la Première Guerre Mondiale

(cote Arch. dép. du Loiret, cl. doc 8332)

Jean-François Montes, historien, ancien archiviste de la Caisse nationale des Allocations familiales s’est intéressé à un sujet peu étudié, les ressources des familles des soldats mobilisés durant la Première Guerre mondiale.

Ces trois conférences présentent trois périodes chronologiques : 1914-1916, 1916-1918, 1918 : un autre monde.

Écoutez la première partie de la conférence (1914-1916)

La mobilisation ne surprend personne. Depuis 1875, la France se prépare à la suite du conflit de 1870-1871. Les périodes de réserve puis les rappels de territoriaux pour 24 jours commencent à amorcer la prise en compte de la famille restée sans ressource. Toutefois, en août 1914, c’est l’ampleur du nombre de personnes convoquées en même temps qui dépasse les prévisions. Les familles sont-elles égales devant le départ du mobilisé ? Les plus pauvres d’entre-elles vont-elles se trouver dans le plus grand dénuement ? C’est à un parcours préparatoire à la mobilisation et dans les mois de 1914 que vous êtes conviés, un regard en arrière du front.

Écoutez la seconde partie de la conférence (1916-1918)

Les années 1914 à 1915 ont été celles de la mise en place d’un dispositif réglementaire pour assurer un minimum de ressources pour les familles des mobilisés. Ce système a été prévu en prévision d’une guerre de courte durée. En 1916, l’état de guerre est considéré comme le cadre « normal » de fonctionnement de la société. Les mouvements revendicatifs civils et militaires reprennent. Quelles en ont été les conséquences pour les femmes de mobilisés et leurs enfants ? N’assistons-nous pas à leur basculement dans une grande pauvreté financière qui s’ajoute à leur isolement affectif et social ?

Écoutez la troisème partie de la conférence (1918, vers un autre monde)

M. Montes aborde ici la dernière étape de la question des femmes et enfants du Loiret durant la Grande Guerre. Si le support législatif assistanciel reste stable, les années 1917 à 1919 sont celles du basculement de la problématique individuelle vers la problématique collective. Cette période de 1917 à 1919 va également être celle du début de la gestion des deuils. Malgré l’armistice du 11 novembre, les conditions économiques de la femme et de l’enfant ne vont pas connaître une amélioration sensible. Au niveau national, la volonté de passer à autre chose s’affirme rapidement. Qu’en est-il donc ? Quels vont être les termes du débat ?

Date de modification : 14 novembre 2018