archives-loiret.fr www.loiret.fr

"Les giboulées de mars", vitrine du magasin d'habillement Lang, angle de la rue du Colombier et de la rue des Minimes

Le photographe Auguste Jaques (1886-1963) s’installe à son compte à Orléans en 1911. Il va devenir, après la Seconde Guerre mondiale, photographe attitré de la reconstruction du centre-ville.

Photographie du magasin d'habillement Lang réalisée le 28 février 1950.
Photographie du magasin d'habillement Lang réalisée le 28 février 1950.

(Arch. dép. du Loiret, 31 Fi 1187)

Au gré des reportages photographiques qui lui sont commandés, Auguste Jaques, par ailleurs président du comité des commerçants du quartier Bannier, rend notamment compte du dynamisme commercial de la ville. Les commerçants de l’après-guerre ont à cœur d’aménager leurs boutiques pour satisfaire la clientèle. Une place à part doit être réservée au magasin d’habillement Lang dont les nombreuses vitrines de la rue du Colombier attirent l'oeil des passants. Ce magasin est l’une des plus anciennes enseignes orléanaises, puisque la présence d’une boutique de chemiserie est attestée dès 1878 place du Martroi.

 

Le 15 juin 1940, le magasin, atteint par une bombe, brûle. Après la reconstruction de l’îlot n°4, Georges et Jacques Lang se réinstallent dans un vaste magasin à l’angle de la rue du Colombier et de la nouvelle rue des Minimes. Les vitrines qu’Auguste Jaques a fixées par dizaines sur la pellicule, réalisées par des étalagistes de talent, sont une véritable attraction : changées au fil des semaines, elles ambitionnent de séduire les clients par une profusion d’articles, une mise en scène animée et des actions de promotion régulières. Malgré cette activité, la société Lang est déclarée en faillite en juillet 1957 et l’enseigne disparaît.

Arch. dép. du Loiret, 31 Fi 1187
Arch. dép. du Loiret, 31 Fi 1187

Date de modification : 7 Mars 2013