archives-loiret.fr www.loiret.fr

Camille Delamour, un « berlingotier » loirétain, devenu poète-conteur ambulant.

A l’occasion du printemps des poètes du 5 au 20 mars 2016, nous vous présentons un poète loirétain méconnu dont les archives ont été déposées en 2015.

Portrait du poète berlingotier Camille Delamour
Portrait du poète berlingotier Camille Delamour

(Arch. dép. du Loiret, 607 J 3)

Le fonds Camille Delamour

Ce fonds, entré aux Archives départementales en 2015, est composé de quelques papiers personnels de Camille Delamour, principalement de ses cahiers de poèmes et "goguenettes" écrits de 1946 à 1949. Ils ont été collectés et rassemblés par la journaliste Virginie Brancotte, qui a mené plusieurs années d'enquête à son propos (collecte de documents, recueil de témoignages oraux) qui ont abouti à la parution d'une biographie en 2010 et à la réédition des poèmes de Camille Delamour en 2012.

 

Un « berlingotier » devenu poète

Issu d'une famille de journaliers devenus forains, Camille Delamour est né le 5 décembre 1896 à Briare. Comme son père Ulysse Delamour, il exerce la profession de "berlingotier" : marchand forain, il écume les pays de Briare, Châtillon-sur-Loire, Beaulieu-sur-Loire, Gien, Cernoy-en-Berry, etc., avec sa roulotte faisant office de baraque de tir et de confiserie.

Camille Delamour s'inscrit dans la tradition des poètes-conteurs populaires ambulants. Il écrit son premier poème en 1946 ; il va en composer plus de 350 tout au long de sa vie. Ses poèmes et "goguenettes" (terme berrichon désignant une petite histoire ou une plaisanterie), où il s'exprime presque exclusivement en parler berrichon du Pays-Fort, sont extrêmement populaires. À tel point que Raymond Jatteau, directeur du Journal de Gien, en entreprend la publication dans son journal dès 1946, et ce jusqu'en 1965, sous le pseudonyme du "Pée Paimpruniau". D'autres textes paraissent également sous forme de brochures ou de fascicules. Delamour est également l'auteur de pièces de théâtre et de chansons. Ami de Jacques Martel et de Jean-Louis Boncœur, deux autres poètes berrichons, il partage avec eux un style vif et l'usage de la langue locale.

Il épouse Madeleine Aupert à Beaulieu-sur-Loire en 1930, dont il aura en 1931 un fils, Pierre, tué dans un accident de roulotte en 1936. Devenu aveugle à la fin de sa vie, il décède à Gien le 29 octobre 1965.

 

L'Vieux Sapin

L'Vieux Sapin

On me l’avait dit…J’v’lais pas l’croire

Et j’pensait – C’est un mal content

Qui vient m’raconter queuqu’histoire

…Je l’ai vu…C’est bien vrai pourtant

J’orais jamais penser qu’ des hommes

Qu’on une âme... qui sont pas des fous

Seuraint comett’ c’crime énorme

Tuer c’vieux sapin…pour s’fee des sous

Ca fait si longtemps que sa ramure

Couvrant l’sol…où l’harbre a pouss’ pas

Portant son éternelle vardure

Même sous la neige et les frimas

Ca fait si longtemps que d’sa bute

I r’gadait tracer des labours

Tandis qu’un marbot jouait d’la flûte

Que j’pensais qu’ça durait toujours

Combien d’ foués qu’en bonn’ compagne

J’atais v’nu l’voir dans l’soir couchant

Sans penser qu’un jour une cognée

Viendrait l’meurtrir de son tranchant

Mais c’est l’sal couté d’mont époque

Où tripatouill’nt tant d’ drol’s de gens

C’qu’est joli…Mon Dieu ! qu’on s’en moque

C’qui compte à présent…c’est l’argent

V’la pourquoué…pour queuqu’s billets d’mille

Qui p’tete demain tomb’ront dans l’siau

Cartains. Ah ! les pour imbéciles

Tuons c’que l’Bon Dieu a fait d’pus beau

J’ses sur ben d’fait qu’c’est un blasphème

Et sous la plainte du vent du Nord

Comm’su l’cercueil d’un etr’ qu’on aime

J’ai pleuré c’vieux sapin mort

A Briare ce 12 mars 1948

 

Le vieux sapin (traduction)

On me l’avait dit…Je ne voulais pas le croire

Et je pensais – C’est un mécontent

Qui vient me raconter quelque histoire

…Je l’ai vu…C’est bien vrai pourtant

Je n’aurais jamais pensé que des hommes

Qui ont une âme... qui ne sont pas des fous

Sauraient commettre ce crime énorme

Tuer ce vieux sapin…pour se faire des sous

Ca fait si longtemps que sa ramure

Couvrant le sol…où l’herbe ne pousse pas

Portant son éternelle verdure

Même sous la neige et les frimas

Ca fait si longtemps que de sa butte

Il regardait tracer des labours

Tandis qu’un marmot jouait de la flûte

Que je pensais que ça durerait toujours

Combien de fois qu’en bonne compagnie

J’étais venu le voir dans le soir couchant

Sans penser qu’un jour une cognée

Viendrait le meurtrir de son tranchant

Mais c’est le sale côté de mon époque

Où tripatouillent tant de drôles de gens

Ce qui est joli…Mon Dieu ! Ce qu’on s’en moque

Ce qui compte à présent…c’est l’argent

Voila pourquoi…pour quelques billets de mille

Qui peut être demain tomberont dans le seau

Certains. Ah ! Les pauvres imbéciles

Tuons ( ?) ce que le Bon Dieu a fait de plus beau

Je sais sur bien de fait que c’est un blasphème

Et sous la plainte du vent du Nord

Comme sur le cercueil d’un être qu’on aime

J’ai pleuré ce vieux sapin mort

Pour en savoir plus

Chaque mois, les Archives départementales du Loiret mettent en valeur un document extrait des fonds, présenté dans le hall de l'hôtel du Département, 15 rue Eugène Vignat, Orléans.

Découvrez tous les documents du mois.

Pour aller plus loin

Consulter l'inventaire en ligne du fonds Camille Delamour Poterat.

Ce fonds ainsi que la bibilographie sont consultables en salle de lecture du Site des Archives historiques et généalogiques (référence 607 J). 

Bibliographie :

  • Camille Delamour, poète berlingotier./Virginie Brancotte. – Orléans, 2010, Corsaire Editions (référence BH P/4663)
  • Poèmes et goguenettes./Camille Delamour ; Virginie Brancotte, 2012, Corsaire Editions (référence BH P/4649)

Date de modification : 2 mars 2016