archives-loiret.fr www.loiret.fr

L'élixir de longue vie

Bonne année 2016 et ... bonne santé! En ce début d'année, les Archives vous livrent la recette de l'élixir de longue vie !

"Elixir de longue vie", fonds Poterat
"Elixir de longue vie", fonds Poterat

(Arch. dép. du Loiret, 12 J 265)

Le fonds Poterat

La famille de Poterat, de noblesse d'origine champenoise, s'est installée dans l'Orléanais au XVIIIe siècle à la suite d'une alliance avec les Le Dagre, originaires de Beaugency et seigneurs de Mardereau, près de Cléry-Saint-André. Leurs archives familiales, tout d'abord remises aux Archives départementales sous forme de dépôt en 1974, ont ensuite fait l'objet d'un don en mars 2006. Le fonds contient notamment une importante correspondance et des écrits à caractère politique de Pierre-Claude de Poterat (1741-1820), ainsi que les journaux des expéditions maritimes de son fils, Pierre-Abraham (1773-1839). Plusieurs pièces anecdotiques y sont conservées sous la référence 12 J 265, notamment des « Remèdes et recettes du XVIIIe siècle ».

 

La recette de l’« Elixir de longue vie » du XVIIIe siècle

En plus de diverses recettes de tisanes, on trouve en particulier un document décrivant un remède secret qui permet de vivre plus que centenaire ! Cet « Elixir de longue vie » a été « trouvé dans les papiers du docteur Hesnel, Suédois mort à 104 ans, d'une chute de cheval ». Apparemment, le secret était bien gardé dans sa famille puisque « son ayeul a vécu 130 ans, sa mère 107, son père 112, par l’usage de 7 à 9 gouttes de cet élixir matin et soir dans le double de vin rouge ou de thé ou de bouillon». Cet élixir est également évoqué dans un document conservé dans les archives hospitalières de Meung-sur-Loire, en cours de classement (référence 18 H Dépôt 1).

 

Le document précise les vertus de ce breuvage miracle !

Ce remède prolonge les jours ; donne des forces ; ranime les esprits ; calme et dissipe totalement les douleurs de rhumatismes et de gouttes, les coliques d’estomac les meaux de cœur et d’entrailles ; il netoie l’estomac et le fortifie ; il est très bon contre les aigreurs, contre les indigestions qu’il guérit sur le champ, contre les migraine et les vapeurs. Il tue les vers ; provoque les mois aux femmes ; il donne de la couleur et de l’embonpoint ; il purge imperceptiblement et sans douleurs ; il soulage dans les meaux de tête ; il guérit toutes les fièvres à la troisième dose ; il remédie à la surdité en en insinuant quelque gouttes dans l’oreille en y introduisant en peu de coton imbibé de ladite liqueur. C’est un préservatif contre les maladies contagieuse, et un contre poison parfait. Il guérit, sans risque, la petite vérole ; réveille les esprits ; fortifie l’imagination et la mémoire ; il calme les douleurs des dents creuses en y mettant un peu de coton imbibé.

 

La recette indique que l’on peut se procurer les ingrédients à Paris « chez le sieur Montant épicier, rue des Lombards, au Mortier d’or. Il tamise les drogues prêtes à être mises en bouteille ».

 

Et voici enfin le secret révélé : la liste des ingrédients et la recette détaillée !

 

Recette

Un once et un gros d’Aloës succotrin,

Un gros de Zédoaire,

Un gros d’Agaric blanc,

Un gros de Gentiane,

Deux gros de Saffran du Levant,

Deux gros de Rhubarbe fine,

Deux gros de Quinquina,

Deux gros de Thériaque de Venise,

Deux gros d’extraits de Genièvre

 

La Thériaque est une préparation médicamenteuse aux nombreux composants, longtemps utilisée comme une panacée.

 

Préparation

Mettez en poudre et passez au tamis de soie toutes ces drogues excepté la thériaque et l’extrait de genièvre : mettez-les dans une bouteille de gros verre avec la thériaque et l’extrait de genièvre, jettez ensuite par-dessus une pointe de très bonne eau de vie ; bouchez bien la bouteille avec un parchemin mouillé et mettez là à l’ombre pendant 9 jours, ayant soin de la remuer soir et matin afin de bien mêler les drogues. Le dixième jour, sans remuer la bouteille, coulez l’infusion bien doucement par inclination dans une autre bouteille autant qu’elle sera claire et tenez cette bouteille bien bouchée : mettez ensuite sur le les mêmes drogues une pointe d’eau de vie que vous laisserez encore 9 jours en la tenant bine bouchée et la remuant comme la première fois. On coulera de même la liqueur au 10e jour, et quand elle commencera à devenir trouble on passera le reste au papier gris pour la rendre claire, on couvrira l’entonnoir pour empêcher l’évaporation. Mêlez ensuite les deux infusions que vous garderez dans de très petites bouteilles pour en faire l’usage que nous marquerons ci après.

 

Usage et doses

Les doses recommandées varient en fonction des symptômes.

Pour calmer les suites des excès des fêtes, nous avons sélectionné :

  • « pour l’indigestion : deux cuillerées de l’élixir dans 4 cuillerées de thé
  • pour l’ivresse : deux cuillerées pures de l’élixir »…

 

 Excellente année !

Pour en savoir plus

Chaque mois, les Archives départementales du Loiret mettent en valeur un document extrait des fonds, présenté dans le hall de l'hôtel du Département, 15 rue Eugène Vignat, Orléans.

Découvrez tous les documents du mois.

Pour aller plus loin

Consulter l'inventaire en ligne du fonds Poterat.

Ce fonds est consultable sous forme de microfilm en salle de lecture du Site des Archives historiques et généalogiques (références 1 Mi 1034-1048).

Date de modification : 1 janvier 2016