archives-loiret.fr www.loiret.fr

Fermeture d'un tour d'abandon

A l’occasion de la Journée Internationale des droits de l’enfant, nous vous présentons un courrier concernant la fermeture d’un tour d’abandon.

(Arch. dép. du Loiret 589 O Suppl. 3 Q 1)
(Arch. dép. du Loiret 589 O Suppl. 3 Q 1)

Le tour d'abandon

Par ce courrier du 30 septembre 1832, le sous-préfet de Gien informe le maire de Saint-Aignan-le-Jaillard de la suppression par le Conseil général du Loiret du tour d’abandon de l’hospice de Gien.

Le système du tour d’abandon ou « boîte à bébé », dont l’origine serait italienne, prévoyait le dépôt d’un bébé dans un tour qui pivotait sous le poids de l’enfant. Installé dans les murs des hospices, il permettait au nourrisson de passer des mains de l’adulte dépositaire à celles des religieuses en charge des premiers soins et de la future éducation.

Saint Vincent de Paul aménagea le premier tour à Paris en 1638. Il fallut attendre le décret impérial du 19 janvier 1811 pour qu’un tel système soit légalisé, au motif principal de la lutte contre l’infanticide. L’enfant était, par la même occasion, reconnu comme citoyen protégé par la patrie. Cette idée était un héritage direct de la Révolution française.

Tout au long du XIXe siècle, de nombreux débats animèrent les parlementaires, entre ceux voulant protéger les enfants dont les parents ne pouvaient subvenir à leurs besoins et ceux ne voulant pas soutenir un mouvement dédouanant les parents (surtout les mères) de leurs responsabilités. Dans les années 1830, de nombreux départements ont supprimé les tours présents dans leur circonscription.

Ce mouvement fut amplifié par la peur de certains départements (comme le Loiret en 1832) de se retrouver seul au milieu d’autres territoires sans tour. Après une multitude de rapports parlementaires pro et anti-tours, en 1904, cet équipement fut officiellement supprimé et l’Etat instaura le droit pour les mères d’accoucher anonymement dans les hôpitaux et d’y laisser leur bébé (les « accouchements sous X »). 

Pour en savoir plus

Chaque mois, les Archives départementales du Loiret mettent en valeur un document extrait des fonds, présenté dans le hall de l'hôtel du Département, 15 rue Eugène Vignat, Orléans.

Découvrez tous les documents du mois.

Pour consulter ce fonds

Le fonds d’archives anciennes déposé par la commune de Saint-Aignan-le-Jaillard aux Archives départementales, est consultable en salle de lecture du Site des Archives historiques et généalogiques (référence 589 O-SUPPL).

Consulter l'inventaire en ligne .

Date de modification : 1 novembre 2016