Accès direct au contenu |


Vous êtes ici : Accueil > Découverte des Archives > Notre actualité

Ça va faire un tabac !

Ouvrière de la manufacture des tabacs d’Orléans devant la machine à empaqueter le tabac scaferlati  [1945-1960] (Arch. dép. du Loiret, 31 Fi 795)

Ouvrière de la manufacture des tabacs d’Orléans devant la machine à empaqueter le tabac scaferlati [1945-1960] (Arch. dép. du Loiret, 31 Fi 795)

11 juillet 2018
Le nouvel inventaire des archives de la manufacture des tabacs d'Orléans (2 ETP) est en ligne. Il témoigne des activités de L’État et du Service d'exploitation industrielle des tabacs et allumettes (SEITA) dans le département du Loiret depuis 1884, date du début de la construction d'une manufacture à Orléans.
Quand l’État avait le monopole de la fabrication et de la vente du tabac en France

Créé puis abandonné sous l’Ancien Régime, le monopole des tabacs est rétabli par Napoléon Ier par le décret du 12 janvier 1811. Sous la tutelle de l’Etat et du ministère des Finances, il est successivement géré par la Régie des droits réunis, la direction générale des Manufactures de l’Etat puis par la Caisse autonome d’amortissement. Elles partagent avec l’administration des Contributions indirectes la gestion du monopole de la distribution des tabacs en France.
L’ordonnance n° 59-80 du 7 janvier 1959 confie l’exploitation du monopole au service d’exploitation industrielle des tabacs et allumettes (SEITA) qui demeure sous la tutelle du ministère des Finances.
Cet établissement public, à caractère industriel et commercial, gère à la fois des établissements (manufactures de tabac ou d’allumettes, entrepôts ou magasins de tabac, centres de battage, ateliers de réparations, centre de recherche) et le monopole de la culture du tabac.

Le statut juridique du SEITA évolue en 1980 et il devient la société nationale d’exploitation industrielle des tabacs et allumettes (SEITA). Sa privatisation, par décret du 4 janvier 1995, marque la fin des monopoles sur le tabac et les allumettes en France. Le 6 décembre 1999, la SEITA fusionne avec la société espagnole Tabacalera. Le nouveau groupe prend le nom d’Altadis (pour Alliance Tabac Distribution) qui cède la branche allumettes de la SEITA en 2000. Le groupe britannique Imperial Tobacco rachète Altadis en 2008.

Cent ans d’activité de la manufacture des tabacs d’Orléans

La construction de la manufacture s'étend de 1884 à 1900 sur un terrain, situé en bordure de la voie ferrée Paris-Lyon, cédé gratuitement par la ville d’Orléans. La manufacture débute son activité en janvier 1885 par la confection de cigares. S’ajoutent ensuite les productions d’allumettes en 1890, du tabac haché en 1897 (scaferlati) et des cigarettes en 1898. En 1900, la main d’œuvre est majoritairement féminine (280 ouvrières pour 44 ouvriers). En 1939, l’usine emploie 500 personnes et a cessé la production de cigares depuis trois ans. Dans les années de l’après-guerre, des chaînes modernisées permettent la fabrication des cigarettes Gauloises.
Jusqu’en 1961, le SEITA approvisionne tous les débitants de tabac grâce à un réseau d’entrepôts gérés par des agents des Contributions indirectes. À la suite du décret du 10 janvier 1961, la transformation du SEITA en établissement public industriel et commercial (EPIC), la distribution s’effectue, au départ des manufactures, avec leurs centres expéditeurs.
C’est dans le contexte de la restructuration du SEITA, que cesse, en octobre 1981, l’activité de fabrication de la manufacture des tabacs d’Orléans. Elle devient alors un simple centre de distribution pour les buralistes, qui est, à son tour, définitivement fermé en 1984. Partiellement démolis en 1988, seule une partie des bâtiments est conservée, puis réhabilitée, afin d'être réutilisée par des service de l'Etat, dont la direction régionale des Affaires culturelles de la région Centre-Val de Loire depuis 1997.

Les archives d’une entreprise publique

Les archives produites et reçues par le SEITA jusqu’à sa privatisation le 24 février 1995, sont des archives publiques. Celles de la manufacture des tabacs d’Orléans ont fait l’objet de trois versements successifs aux Archives départementales du Loiret (1983, 1988 et 2009).
Le fonds d’archives 2 ETP, soit 48,02 mètres linéaires et 733 plans, témoigne de trois des activités du SEITA dans le Loiret : la fabrication des produits au sein d’une manufacture, leur distribution ainsi que les essais et recherches techniques sur les tabacs.
À noter, le bel et grand ensemble de plans d’architecture qui documente toutes les étapes de la construction initiale et de l’aménagement des différents bâtiments de la manufacture. Le fonds d’archives 2 ETP comprend également, jusqu’en 1986, des documents relatifs à l’activité spécifique de recherche et d’essais techniques sur les tabacs, menée depuis 1939 au sein même de la manufacture puis sur un site dédié, construit à Fleury-les-Aubrais et ouvert en 1953.

Consulter l'inventaire et les documents

L'inventaire est disponible en ligne.

Les documents sont consultables sur le site des archives modernes et contemporaines de Coligny.

La manufacture en images

Grâce aux archives de la manufacture des tabacs d'Orléans, (re-) découvrez la mémoire d'un lieu, d'une activité et de ses acteurs...

 

En bref

  • 20 septembre 2018
    EXPOSITION "MILLE FEUILLES, 10 ans d'archives 2008-2018" : Visites guidées  le jeudi 27 septembre à 18h et le lundi 1er octobre à 12h30. Entrée libre.
    "Chasse au trésor" le mercredi 10 octobre à 10h.
  • 19 septembre 2018
    Prochaine conférence le mercredi 17 octobre à 18h : « Promenade dans les archives : la baronnie de Chamerolles sous Claude Guillaume Lambert (1764-1789) » par Véronique de Becdelièvre, conservateur à la Bibliothèque nationale de France
  • 16 août 2018
    Annotation collaborative 
    Venez transcrire les registres matricules militaires, l'état civil ou encore les listes de recensements !
    Pour participer, c'est ici.
  • 8 octobre 2017
    La communication des listes nominatives de recensement de la population sera fortement perturbée à partir du mois d'octobre en salle de lecture du site des Archives historiques et généalogiques, en raison des travaux préalables à leur numérisation.
    Le temps de ces opérations, qui se feront par roulement, ces listes ne pourront être communiquées aux lecteurs.

    Nous vous prions de nous excuser pour ce dérangement.

Espace personnel

Plan du site

Site des archives historiques
et généalogiques

6, rue d'Illiers
45000 Orléans
dad@loiret.fr
02 36 99 25 00
Accessible aux sourds et malentendants
Site des archives modernes
et contemporaines

131, faubourg Bannier
45000 Orléans
dad@loiret.fr
02 36 99 25 25