Accès direct au contenu |


Vous êtes ici : Accueil > Espace pédagogique > Notre offre pédagogique > Les activités interdisciplinaires

EPI - Allende los Pirineos. Les réfugiés espagnols dans le Loiret

Fonds de la Préfecture. (Arch. dép. du Loiret, 5 M 303)

24 mai 2016
Les Archives départementales du Loiret conservent de nombreux documents concernant les réfugiés espagnols à la fin des années 1930 et pendant les années 1940. À travers des destinées individuelles, les élèves découvrent les conséquences de la guerre civile espagnole et son impact migratoire sur la France. Des supports bilingues, et pour certains unilingues même, permettent d’associer l’histoire et la langue vivante espagnole pour traiter ce thème en résonance avec l’actualité.

Inscription de l’activité dans le parcours scolaire


  • Disciplines concernées
Histoire- géographie, espagnol

  • Niveau possible
Cycle 4 : 4ème et 3ème

  • Thèmes concernés pour les EPI
Langues et cultures étrangères – Culture et création artistique – Information, communication, citoyenneté

  • Liens avec les programmes
Langue vivante : « voyages et migrations » et son sous-thème « Exil, migration et émigration ».
Histoire : L’Europe, un théâtre majeur des guerres totales (1914-1945) (3ème)
Géographie : Les mobilités humaines transnationales (4ème)

Présentation du document


  • Contexte
La guerre civile qui déchire l’Espagne à partir de 1936 génère un flot de réfugiés vers la France, dès avant le début officiel du conflit et jusqu’en 1939 quand la victoire franquiste est acquise, et même plus tard. Dans l’urgence, ces réfugiés sont parqués dans des camps du Sud de la France (Argelès, Barcarès, Gurs…) puis redirigés vers d’autres départements plus au nord quand ils ne veulent pas rentrer en Espagne. Nombre d’entre eux se retrouvent éparpillés dans le pays, et notamment dans le Loiret où une quarantaine de communes sont sollicitées pour les accueillir. L’appartenance de ces réfugiés aux mouvements de la gauche ou de l’extrême gauche espagnoles, quasi systématique, inquiète les autorités françaises, qui surveillent attentivement cette population.

► Télécharger la Chronologie concernant les réfugiés espagnols dans le Loiret [PDF - 325 Ko]

  • Analyse
Le document, non daté précisément, est postérieur à octobre 1937, lorsque les autorités cherchent à organiser le retour des réfugiés espagnols dans leur pays. La femme concernée par cette fiche administrative, Concepción Cabrera Fernandez, vit alors avec ses deux enfants à Châteauneuf-sur-Loire. Elle est politiquement très engagée : en Espagne elle était secrétaire de cellule communiste du ministère de l’Instruction publique à Buñol, à une quarantaine de kilomètres de Valence, mais aussi « secrétaire d’agitation » du Secours rouge, organisme d’assistance lié à l’Internationale communiste. Son mari, employé du cadastre dans son pays d’origine, était volontaire dans l’armée républicaine. Il reste pour l’heure interné au camp de Bram dans l’Aude. Fortement liée à l’extrême gauche, cette famille aurait vraisemblablement à subir des représailles si elle venait à retourner en Espagne. C’est pourquoi Concepción Cabrera Fernandez refuse cette solution et en évoque une plus en phase avec ses convictions : le départ pour l’URSS.

► Téléchargez  la fiche [JPG - 4 Mo]

Transcription
En bas à gauche : « désire rester en France »
En bas à droite : « Signalée comme antifasciste. Craint représailles. A demandé p[ou]r ses enfants départ en Russie. »

Suggestions de travaux pour les élèves


Figurent ci-après des suggestions de travaux que les élèves peuvent mener en parallèle sous la conduite de leurs professeurs.

  • Récit de l’exil
Les élèves racontent la vie de cette femme et de ses enfants à Châteauneuf-sur-Loire, en français ou en espagnol. Différentes formes d’expression sont possibles : échanges épistolaires avec le mari resté au camp de Bram, relation de la rencontre avec le policier chargé d’enquêter sur eux, fiction mettant en scène les rapports entre les réfugiés et la population locale…

  • Cartographier les lieux d’internement et d’hébergement des réfugiés espagnols
À partir du parcours d’une famille de réfugiés et d’ouvrages d’historiens, les élèves établissent les lieux de séjour de ces Espagnols et en dressent la cartographie. Cela peut se faire notamment sur ordinateur, en utilisant des outils adaptés comme Google Earth par exemple. Pour chaque étape du parcours, une petite présentation en espagnol donne les principaux éléments factuels connus.

  • L’Espagne et les migrations
L’Espagne est confrontée à l’immigration méditerranéenne, notamment en raison du déséquilibre des richesses entre Nord et Sud. Que ce soit par ses enclaves cernées de barrières à Ceuta et Melilla au Maroc, ou par l’emploi de travailleurs clandestins dans l’agriculture, ce pays constitue un observatoire privilégié des questions migratoires contemporaines. Les élèves font des recherches sur ces sujets, recueillent des informations en français et en espagnol, et les restituent à l’écrit et/ou à l’oral (panneau présenté devant la classe par exemple).


ALLER PLUS LOIN AVEC LES ARCHIVES


►  Travailler sur le témoignage filmé d'Amadéo Balvé, réfugié en France en février 1939, puis employé comme travailleur agricole et ayant fait souche dans le Loiret.

VENIR AUX ARCHIVES DANS LE CADRE DE CETTE ACTIVITE


L’Office national des anciens Combattants du Loiret (ONAC) a publié en 2007 un petit ouvrage, Les réfugiés espagnols dans le département du Loiret. 1939-1945 (Arch. dép. du Loiret, BH Br 13314) qui présente de façon à la fois précise et concise la situation des réfugiés espagnols dans le département en se basant sur la consultation des archives et sur des témoignages oraux .
Dans cet opuscule, Karine Guéritat rapporte quelques destinées individuelles ou familiales (la famille Riera-Perez-Ribera ; Joaquin Cortés, membre du Maquis de Lorris ; José Cardona, réfugié à Artenay qui en deviendra maire de 1978 à 2001).

►  En venant aux Archives, les élèves peuvent se confronter aux documents (fiches, listes) grâce auxquels la présence ou une partie de l’itinéraire de ces personnes sont attestés. Ces traces peuvent être étayées par la lecture de l’autobiographie de José Cardona (Arch. dép. du Loiret, BH O 5942)ou la visite du Musée départemental de la Résistance et de la déportation de Lorris (voir http://www.museelorris.fr/)
 
►  Une séance aux Archives départementales peut aussi inclure la visite du Site des archives modernes et contemporaines.

En bref

  • 13 novembre 2017
    Les salles de lecture seront fermées du 25 décembre au 2 janvier inclus. Réouverture le 3 janvier 2018.

    Rappel : la salle de lecture du site des Archives historiques et généalogiques n'ouvrira exceptionnellement le mardi 19 décembre qu'à partir de 14 heures.

    Nous vous remercions pour votre compréhension.
  • 25 octobre 2017
    Les deux sessions de l'Atelier "Histoire de sa maison", programmées début décembre, sont complètes.

    Il est néanmoins possible de vous inscrire sur une liste d'attente en cas de désistement ou lorsqu'une nouvelle session sera programmée.
  • 8 octobre 2017
    La communication des listes nominatives de recensement de la population sera fortement perturbée à partir du mois d'octobre en salle de lecture du site des Archives historiques et généalogiques, en raison des travaux préalables à leur numérisation.
    Le temps de ces opérations, qui se feront par roulement, ces listes ne pourront être communiquées aux lecteurs.

    Nous vous prions de nous excuser pour ce dérangement.
Geomotif au Château de Sully

Plan du site

Site des archives historiques
et généalogiques

6, rue d'Illiers
45000 Orléans
dad@loiret.fr
02 36 99 25 00
Accessible aux sourds et malentendants
Site des archives modernes
et contemporaines

131, faubourg Bannier
45000 Orléans
dad@loiret.fr
02 36 99 25 25